E-Shop
picture E-Shop
Montres
picture Montres
Points de vente
picture Points de vente
L'univers de Longines
picture L'univers de Longines
L'entreprise
picture L'entreprise

Search

11

Interview avec maxime mosset

Scroller
pour explorer
Interview avec maxime mosset
Dans le cadre de son engagement auprès des jeunes espoirs sportifs, Longines apporte son soutien à Maxime Mosset, talentueux coureur suisse de télémark. Etudiant et sportif de haut niveau, Maxime doit jongler quotidiennement entre les cours, les entraînements et les compétitions. Passionné et réaliste, il nous raconte son quotidien et ses ambitions.
Vous avez obtenu en juillet 2017 votre CFC de mécanicien de production chez Nivarox-Far (une société de Swatch Group). Comment avez-vous concilié durant trois ans les études et le sport de haut niveau ?
Durant les périodes hivernales, cela a toujours été plus compliqué car je n’étais pas souvent à la maison. Lors des entraînements et des courses, j’essayais d’étudier en fin de journée. Ce n’était pourtant pas toujours facile, surtout lorsque j’étais fatigué et que les autres n’avaient pas forcément besoin de travailler. Cependant, tout en conciliant emploi et sport, j’ai réussi à obtenir mon CFC avec mention et j’ai terminé premier du canton de Neuchâtel.
Vous entamez cette année une nouvelle formation au sein de la même entreprise. Quel est votre projet professionnel ?
Mon projet professionnel est d’obtenir dans deux ans le CFC de polymécanicien puis, par la suite, de continuer à travailler au sein de Swatch Group à temps partiel, afin de pouvoir consacrer plus de temps au sport.
De quels aménagements spécifiques bénéficiez-vous afin de pouvoir gérer au mieux les études et la pratique du télémark ?
Pour ce qui est du travail, je dispose du même nombre de vacances que mes collègues et je les utilise quasiment toutes pour pratiquer le télémark. Mais je peux également bénéficier de congés non payés, ce qui n’est pas la norme. Je suis chanceux que mon entreprise, Nivarox-Far, soit compréhensive.
Que vous apporte au quotidien la pratique du sport dans votre formation ?
Elle m’apporte beaucoup: persévérance, volonté, discipline. En télémark, on est souvent confronté à prendre des décisions et à gérer des problèmes comme dans une entreprise. C’est une école de vie et un bon apprentissage.
Et à l’inverse, en quoi vos études vous bénéficient-elles dans la pratique du télémark à haut niveau ?
Je trouve qu’elles me procurent un bon équilibre car j’apprécie mon métier. Je sais aussi que je ne pourrai jamais gagner ma vie avec le télémark.
À la fin de vos études, pensez-vous poursuivre la compétition et la jumeler à un futur travail ?
Oui, je pense continuer à faire de la compétition et à travailler. Mais si je pouvais être employé à 80% ce serait réellement bien, car il est vrai que le rythme est assez intense.
A ce jour, quels sont vos prochains buts sportifs et professionnels ?
Mes buts professionnels sont d’obtenir une bonne note à mes examens partiels pour consolider ma note finale, et de terminer mon deuxième CFC dans deux ans. Pour ce qui est de mes objectifs sportifs, je souhaite être sélectionné à toutes les coupes du monde et top 25 dans une des trois disciplines du télémark, et conserver mon titre de champion suisse.
Sommaire
Magazines