7

en coulisse

Scroller
pour explorer
en coulisse : entraînement avec mikaela shiffrin
Devenir un champion de ski implique un talent inné, beaucoup de travail et d'engagement. Mais de nos jours, la victoire se fait en équipe. Derrière chaque skieur en Coupe du Monde se cache une mécanique bien huilée. La talentueuse skieuse américaine Mikaela Shiffrin ne fait pas exception.
une athlète d'exception
À 21 ans, la jeune prodige Mikaela Shiffrin a un palmarès que beaucoup de skieurs expérimentés rêveraient d’avoir : or olympique, deux titres de championne du monde et trois en Coupe du Monde en slalom. La saison dernière, malgré huit semaines d’absence à cause d’une blessure, Mikaela a réussi à atteindre le nombre de 20 victoires en Coupe du Monde. Fait incroyable, elle a gagné les cinq courses de slalom auxquelles elle a participé, avec un temps combiné de 10,56 secondes. Soit une marge de victoire moyenne de 2,11 secondes : énorme pour un sport comme le ski alpin !
un véritable travail d'équipe
En admirant le style de Mikaela sur des skis, on commence à se demander ce qui lui a permis de devenir la meilleure skieuse de slalom au monde. Bien sûr, devenir un champion de ski implique un talent inné, beaucoup de travail et d’engagement. Mais de nos jours, la victoire se fait en équipe. Derrière chaque skieur en Coupe du Monde se cache une mécanique bien huilée. Mikaela -Shiffrin ne fait pas exception. Mikaela a toujours pu compter sur le soutien de sa famille, en particulier ses parents et son frère. Ses parents, Eileen et Jeff, sont deux anciens skieurs alpins et ils ont toujours joué un rôle essentiel dans sa carrière. Eileen accompagne sa fille lors de la plupart des camps d’entraînement et sur toutes les courses pour la soutenir. Son frère aîné Taylor a grandi avec le ski et court sur le circuit universitaire américain pour l’Université de Denver. En plus de sa famille, Mikaela peut compter sur le soutien de son manager Kilian Albrecht et sur le programme fourni par l’US Ski and Snowboard Association (USSA). Les entraîneurs de l’USSA sont dirigés par Mike Day qui a rejoint l’équipe en juillet 2016 pour travailler avec Mikaela. Une autre personne clé est son coach physique, Jeff Lackie, qui travaille avec la physiothérapeute de Mikaela, Lindsay Smith. Jeff Lackie est responsable de la préparation physique de Mikaela, voyageant avec elle une semaine sur trois hors saison et en continu pendant la saison des courses pour lui fournir un planning d’entraînement quotidien. Lackie travaille avec Mikaela depuis maintenant deux saisons. Cet ancien skieur de 36 ans qui a concouru en NorAm et qui a appris à skier dans la petite station de Devil’s Glen près de Toronto, a rejoint l’équipe après avoir entraîné l’équipe de ski régionale de son Ontario natal, puis l’équipe technique féminine du Canada pendant deux saisons. « C’est gratifiant de travailler avec Mikaela. C’est une incroyable athlète. Les grands athlètes apportent aussi beaucoup à leurs entraîneurs : c’est à double sens et j’en apprends tous les jours. »
comment faire pour skier comme mikaela shiffrin ?
« Mikaela fait figure d’exception. Elle a un niveau de coordination extrêmement élevé, mais elle est également très réceptive aux conseils et elle a très envie de progresser. Je n’ai jamais vu d’athlète arriver à une session d’entraînement, sur les pistes de ski ou à la salle, avec une telle volonté de s’améliorer. La plupart des athlètes de haut niveau sont doués et coordonnés. Mais beaucoup comptent sur leur talent. Mikaela est unique : une athlète douée qui a une envie folle, une grande concentration et un engagement sans faille pour s’améliorer jour après jour. »
L’Ambassadrice Longines de l’Elégance Mikaela Shiffrin et son préparateur physique Jeff Lackie.
Mikaela est comme une montre suisse de qualité, avec le même niveau de précision.
Une affaire de famille
Malcolm Gladwell, journaliste, auteur récompensé et conférencier canadien né en Angleterre, a examiné la façon dont l’environnement d’une personne et sa motivation personnelle impactent ses chances de réussite. Outre les 10’000 heures de pratique nécessaires à la maîtrise d’un domaine, il souligne l’importance de l’éducation et de la dynamique familiale. Jeff Lackie est d’accord avec lui. « Les parents de Mikaela ont eu un rôle énorme dans son développement. Ses deux parents sont passionnés de ski et ont créé l’environnement familial parfait pour Mikaela. Dans ses premières années, ils ont tout fait pour qu’elle s’entraîne dans les meilleures conditions et qu’elle développe une technique irréprochable sur les skis. »
la précision d'une montre suisse
Curieusement, elle a grandi en s’entraînant plus qu’en courant. Ses parents ont toujours mis l’accent sur l’entraînement. Au lieu de passer tout son temps en course, elle a enchaîné des milliers de descentes d’entraînement : exercices, portes et ski libre guidé. La poudreuse du Colorado où elle est née et la glace de la côte Est des États-Unis où elle a grandi, lui ont permis de développer un équilibre savamment dosé et une précision qui ont rendu Mikaela célèbre. « Il n’y a pas de secret ou de solution miracle. Alors que la majorité des athlètes se contentent de se donner à 80%, les Shiffrin et les entraîneurs de Mikaela ont tout fait dès le début de sa carrière pour qu’elle soit à 100%. Ils ont tout fait pour atteindre la perfection. Ski et horlogerie, tout est question de précision. Dans le fond, Mikaela est comme une montre suisse de qualité, avec le même niveau de précision. »
une malencontreuse blessure
En décembre 2015, Mikaela s’est blessée au genou en s’échauffant à Åre en Suède. Elle a donc fini par manquer cinq des dix slaloms de la saison. Évidemment, une blessure en plein milieu de la saison 2015/2016 arrivait au pire moment. Comment une athlète de classe mondiale fait face à ce genre de situation ? « C’est sûr, le timing de cette blessure était très frustrant. Mikaela skiait à son plus haut niveau et elle venait de gagner à Aspen avec une avance énorme. Mais elle a une longue carrière devant elle et nous ne voulions pas précipiter son retour. Naturellement, elle aurait voulu revenir plus vite. Mais elle est rationnelle et pleine de volonté. Au lieu d’être aveuglée par l’ambition, elle était disposée à écouter son entourage et à se concentrer sur sa santé. Elle a bien réagi au traitement et à l’entraînement, et elle a retrouvé son niveau d’avant la blessure pour redevenir la force dominante du slalom lors de son retour à Crans-Montana en 2016. »
et la suite ?
Comment Mikaela va-t-elle évoluer dans les saisons à venir ? En plus de son talent dans les disciplines techniques, elle va certainement devenir une skieuse avec laquelle il faut compter en combiné et même dans les courses de vitesse. « Dès la saison dernière, nous avions envisagé d’introduire de nouvelles disciplines en plus du slalom et du slalom géant. L’objectif a toujours été ajustable en fonction de son niveau de confiance, de la qualité de son entraînement et de son énergie. Les courses techniques restent prioritaires, mais nous allons ajouter de la vitesse à son entraînement. L’année dernière, le camp d’entraînement au Chili était axé sur la vitesse. Nous voulons ajouter le super-G et le combiné lorsque cela sera judicieux. L’objectif est que Mikaela dispose d’une préparation physique lui permettant de participer à plus de courses à l’avenir. La compétition dans les courses de vitesse nécessite beaucoup plus d’énergie, entre les entraînements, les tests, les courses et les déplacements. Même si Mikaela est une athlète phénoménale, nous allons améliorer sa résistance et sa forme dans les deux années à venir. »
une association parfaite
L’avenir sportif de Mikaela est radieux. La question est de savoir si elle va devenir l’une des candidates pour le classement général de la Coupe du Monde dès cette année ou s’il va falloir attendre quelques saisons. Il est certain que, pour son jeune âge, elle dispose déjà de l’équilibre idéal entre talent, volonté et maturité. « Les meilleurs skieurs ne sont pas les plus puissants, mais ceux qui coordonnent le mieux leurs mouvements. Nous aidons Mikaela à atteindre l’équilibre et la force nécessaires pour gérer la pression d’une saison complète en Coupe du Monde. La coordination de ses mouvements est déjà incroyable et elle dispose d’un équilibre parfait entre timing et précision. »
Sommaire
Magazines