6

gian-franco kasper,
président de la fis

Scroller
pour explorer
le président kasper au cœur du mouvement olympique
Gian-Franco Kasper, Président de la FIS, a été élu au Conseil d'administration du CIO en tant que représentant de l'Association des fédérations internationales olympiques des sports d'hiver.
un nouveau défi olympique
Gian-Franco Kasper, Président de la FIS, est membre du Comité international olympique (CIO) depuis 2000. Le 4 août 2016, lors de la 129e session du CIO à Rio de Janeiro, le Président Kasper a été élu au Conseil d’administration du CIO en tant que représentant de l’Association des fédérations internationales olympiques des sports d’hiver (AIOWF). Gian-Franco Kasper, qui est Président de l’AIOWF depuis 2014, s’est vu confier un mandat de quatre ans au sein du corps décisionnel le plus élevé du CIO, composé du Président du CIO, de quatre vice-présidents et de dix autres membres. Le nouveau Conseil d’administration a commencé son action après les Jeux olympiques de Rio 2016.
une position de choix pour les sports d'hiver
Le Président Kasper sur son élection : « Je suis bien conscient de mes responsabilités en tant que représentant des sept Fédérations des sports d’hiver au Conseil d’administration du CIO et j’ai pour objectif de contribuer activement aux autres sujets qui sont à l’ordre du jour. C’est indispensable pour les sports d’hiver en général, et pour la Fédération internationale de ski en particulier, d’avoir quelqu’un pour représenter leurs intérêts au plus haut niveau de la gouvernance sportive », a ajouté Gian-Franco Kasper, qui est actuellement le seul représentant des sports d’hiver au CIO après la démission récente de l’ancien athlète norvégien Ole-Einar Bjoerndalen. Le Président Kasper est un personnage très influent du mouvement olympique. Parmi ses nombreuses fonctions, il est vice-président des Olympic Channel Services du CIO et membre des Commissions de coordination du CIO pour les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 et Beijing 2022. M. Kasper est également membre du Conseil de SportAccord, l’organisation cadre pour toutes les fédérations sportives internationales (olympiques et non olympiques), ainsi que membre du Conseil d’administration de l’Agence mondiale antidopage (AMA).
Faire retrouver aux Jeux olympiques leur attrait en tant que célébration pacifique du sport et des valeurs olympiques que sont l'amitié, le respect et l'excellence, est l'un des principaux objectifs du moment pour le Président Kasper.
la voie à suivre
Le Président Kasper a passé trois semaines entières aux Jeux olympiques d’été 2016 de Rio cet été. « Les jeux d’été de Rio étaient excellents. Les organisateurs ont été incroyables. Bien sûr, il y a toujours des problèmes mineurs en coulisses, mais nous avons pu assister à des performances sportives spectaculaires et à la beauté de l’esprit olympique. Je salue l’hospitalité et l’enthousiasme de nos amis brésiliens qui se sont pliés en quatre pour que l’événement soit réussi. Ce n’est peut-être pas évident au regard de la couverture médiatique, centrée sur les gros titres et la recherche du sensationnel. Mais les Jeux de Rio resteront dans l’histoire comme une édition sobre et pragmatique, dominée par le sport plutôt que par les projets d’infrastructure excessifs. Nous en avions besoin. » Faire retrouver aux Jeux olympiques leur attrait en tant que célébration pacifique du sport et des valeurs olympiques que sont l’amitié, le respect et l’excellence, est l’un des principaux objectifs du moment pour le Président Kasper. « La clé pour redonner aux Jeux leur place de premier événement sportif mondial sera une certaine humilité olympique. Il est important de faire en sorte que les prochains Jeux olympiques restent raisonnables en termes de coût et d’investissement. Et cela passera plus par des exemples concrets que par des campagnes promotionnelles. Les Jeux 2018 de PyeongChang en Corée sont heureusement un exemple supplémentaire de voie à suivre. Nous allons travailler dur pour attirer suffisamment de pays candidats pour les prochains Jeux d’hiver. Des actions concrètes sont en œuvre pour l’édition 2026 et il semble que 4/5 pays envisagent actuellement de poser leur candidature pour le prochain cycle. » Le Président Kasper concède que, même si le CIO dans son ensemble est bien conscient des défis actuels et du besoin de changement, il n’existe pas de solution facile et rapide. « Dans tous les secteurs, qu’il s’agisse de lutte contre le dopage ou d’intégrité des sports, nous devons prendre la situation au sérieux, agir avec détermination et utiliser tous les moyens à disposition. Quoi qu’il en soit, il faudra du temps et de la patience pour que le sport se rétablisse et regagne son rôle de pilier essentiel de la société. »
Sommaire
Magazines